Covoiturage et assurance, liaison (pas) dangereuse

Pour covoiturer en toute sérénité iDVROOM vous donne quelques conseils concernant votre assurance automobile :

Chaque propriétaire de véhicule a l’obligation légale d’assurer sa voiture, que ce soit pour des trajets domicile-travail, vos déplacements personnels : emmener le petit dernier à son cours de judo, le déjeuner du dimanche chez Mamie Marguerite D., les vacances à Cabourg

Monsieur de Valmont a sorti la Jaguar pour covoiturer !

Monsieur de Valmont a sorti la Jaguar pour covoiturer !

Covoiturage zen

Alors pour bien covoiturer, et surtout avec l’esprit tranquille, iDVROOM vous conseille dans un premier temps d’avertir votre assureur que vous allez pratiquer le covoiturage (ponctuellement ou régulièrement). Par défaut votre assurance couvre vos passagers par la responsabilité civile envers les tiers, mais votre contrat n’est peut-être pas adapté à l’utilisation que vous faites de votre véhicule. N’hésitez donc pas à vous déplacer dans votre agence pour étudier votre contrat avec votre conseiller(e) (si tel M. Jourdain ses beaux yeux vous font mourir d’amour) ou bien alors lui envoyer une lettre pour qu’il/elle soit informé(e) de votre partage de véhicule. (Comme Cyrano à Roxane)

iDVROOM vous propose un modèle :

Je vous informe par la présente, que je pratique le covoiturage avec le véhicule assuré par vos soins, et ce :

  • de façon quotidienne pour me rendre sur mon lieu de travail

ou

  • de façon régulière (x fois par mois en moyenne) pour…

ou

  • de façon occasionnelle pour…

Veuillez agréer, Madame, Monsieur l’expression de mes salutations les plus sincères.

Bisou*

Fait à_ _ _ _ _ _ le _ _ _ _ _

(Le bisou est optionnel, ça c’est vous qui voyez !)

Spécificités du covoiturage régulier

Sachez aussi que dans le cas où vous deviendriez un aficionados du covoiturage domicile-travail, un accident le long de la route rentre dans le cadre de l’accident de travail. En principe, la loi exige que le salarié (donc vous) ne doive pas avoir fait de détour. Heureusement la loi est aussi bien faite, et une jurisprudence vous permet une indemnisation si votre accident survient dans le cadre d’un trajet en covoiturage régulier [CSS, art. L. 411-2, 1°] et donc sur un trajet en dehors de votre trajet habituel domicile-travail.

 

Pour résumer, pour covoiturer l’esprit léger, n’oubliez pas de prévenir votre assureur, et gardez en tête que quoiqu’il arrive, covoiturer ce n’est que des avantages : pour vous, pour votre porte-monnaie et pour la planète !

Partage cet article...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone